Pause ressourçante à Erpent

Tous les deux ans, les Visiteurs de personnes malades, âgées, isolées, handicapées des diocèses et vicariats de Belgique francophones se retrouvent au Collège Notre-Dame de la Paix à Erpent (Namur) pour une journée de rencontre, de partage et de réflexion. Plus de deux cents personnes ont participé à l’édition 2021 qui s’est déroulée ce samedi 2 octobre.

L’équipe interdiocésaine des Visiteurs

« Oh quelle magnifique journée ! Je suis hyper heureuse d’y avoir participé et ça m’a rendue heureuse. Merci pour cette superbe organisation sans failles. Je vais m’abonner à la revue des visiteurs. »

Ces quelques mots d’une participante nous donnent une belle approche de la journée, où dominait la joie de se retrouver après tant de difficultés liées à la pandémie. Une journée rythmée par les chants de Sabine Van Den Abeele et en particulier par le « fil rouge » de ce refrain : « Tu nous fais ô Seigneur des témoins de ton amour pour chanter ton nom par toute la terre. »

Animée par Nicolas Dumont, de l’équipe des Visiteurs du vicariat de Bruxelles, et l’abbé Philippe Coibion, vicaire épiscopal de la diaconie dans le diocèse de Namur, cette journée était placée sous le thème « La prière, un chemin de vie et de fraternité ». La réflexion a été nourrie par deux intervenants.

« Essayer, c’est déjà prier »

Bibliste et aumônière aux cliniques Saint-Luc à Bruxelles, Marie-Thérèse Hautier voit les visites comme une oasis au milieu du désert. Elle a voulu faire partager ses intuitions à propos de la prière, par un exposé très structuré mais qui a laissé une belle place à l’humour et aux petites histoires qui captent l’attention…Le mot prière, dit-elle, vient du latin precari qui a donné précarité. La prière nous fait sortir du « moi tout seul ». Il nous faut prier « ici et maintenant », en restant nous-même : « Quand je marche, je marche, quand je prie, je prie… ».

Et puis la prière doit s’inscrire dans le désir, l’élan, la soif. C’est aussi un temps d’écoute, durant lequel nous devons laisser de côté nos ouragans, délivrer notre conscience de ce qui nous inquiète. Prier c’est aussi bénir : il nous faut d’abord bénir (ce qui signifie « dire du bien ») avant de demander.

Vient alors la question : combien de temps faut-il prier ? « Evitons le blabla, dit Marie-Thérèse Hautier : plutôt qu’une prière interminable, privilégions une prière durable. » Et prier en disant quoi ? Pas nécessairement de grandes phrases, dit notre témoin qui ne répugne pas à la prière répétititive, comme celle du chapelet : quand la mémoire fera défaut, ce sont ces prières toutes simples, comme le Je Vous salue Marie ou le Notre Père, qui reviendront. Dans le temps de questions-réponses en compagnie du second intervenant, Marie-Thérèse dira encore : « Essayer de prier, c’est déjà prier… »

« Le pèlerin est le porteur des prières de l’autre »

La prière, Sébastien de Fooz, lui aussi aumônier en milieu hospitalier à Bruxelles (aux cliniques Saint-Jean) l’a aussi expérimentée, mais dans un contexte fort différent. Pèlerin au long cours, il a parcouru à pied des milliers de kilomètres, vers Saint-Jacques de Compostelle, Rome, Jérusalem…et même Bruxelles. Parti pratiquement sans le sou, il s’est abandonné à la Providence et a accepté de se « désenclaver de ses certitudes ». Et au fil des rencontres, il s’est forgé une conviction : « Le pèlerin est le porteur des prières de l’autre ».

Il a ainsi rencontré dans une taverne un des auteurs du massacre de Srebrenica, qui lui a demandé de prier pour lui. Et un soldat gardant le mur de séparation entre la Palestine et Israël et victime d’un attentat kamikaze dans un bus. Ou un muezzin qui l’a recueilli quand il était à bout de forces dans le désert d’Anatolie et qui a vu en lui son fils mort quelques années plus tôt…

S’il a parfois douté de Dieu au milieu de ces épreuves, Sébastien de Fooz a pu reconnaître les fragilités, la sienne et celle des autres : « Nous sommes tous fragiles, nous avons des fissures en toutes choses, notre humanité commune est dans nos fractures mais nous pouvons aussi les ressouder. »

Gardons encore de cette journée le mot de cette dame de 90 ans, veuve depuis peu, qui confie qu’elle offre sa nuit et sa journée au Seigneur ; et cette proposition à tous les visiteurs : « Quand vous arrivez chez une personne malade, ne dites pas Comment vas-tu ? mais Quelle joie de vous rencontrer ! »

« Visiteurs aujourd’hui »

Cette journée fut aussi l’occasion de découvrir la nouvelle revue trimestrielle « Visiteurs aujourd’hui » qui succède à « Visiteurs de malades ». Dans le journal « Dimanche », Angélique Tasiaux, sa rédactrice en chef, écrit qu’ « elle est le fruit d’une réflexion collégiale pour répondre aux nouveaux enjeux rencontrés par les visiteurs de personnes isolées, âgées, malades, avec handicap. L’ensemble des diocèses et vicariats francophones sont impliqués dans sa réalisation. Elle incarne une forme de lien entre ceux-ci ».

Pour recevoir un exemplaire gratuit de « Visiteurs aujourd’hui », il suffit d’adresser un courrier à redaction.vdm@gmail.com ou de téléphoner au 0477 85 75 36.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :